22/09/2010

BBL le retour

Non, ce n'est pas votre banque préférée qui est de retour, mais bien ce blog bière enterré depuis deux ans. Plein de bonnes raisons, et même des brassicoles. Vous dire que la triple Westmaelle est la meilleure avait peu d'intérêt, sauf, si je lui trouvais des challengers, ou d'autres au même niveau. Pas assez de temps, peu de disponibilités de bières aà proximité et il faut aussi l'avouer, et quiqu'on en dise, beaucoup de médiocrité dans le paysage belge. Le pays de la bière semble bien se reposer sur ses lauriers, et c'est dommage.

 

Mais voilà que s'est ouvert en Avril, à Louvain-la-Neuve, un magasin spécialisé en bières belges, l'occasion de regoûter des classiques peu dispos comme la Hapkin, la Hommel beer, ou la Witkap, l'occasion de retastr des petites découvertes comme la Forestinne ou la Lupulus, et puis je l'espère de faire de belles découvertes, c'est simple, on va tout goûter, systématiquement.

 

pour vous, mais pour nous aussi, de cette gigadégustation, je vais sélectionner les bières qui vous seront présentées à la quinzaine de la bière et fromages belges qui aura lieu au GAP, le lieu dit Guet à Pintes, la boutique de l'Odyssée, à Pécrot. Voilà pas plus d'infos pour l'instant, mais restez branchés

20:04 Écrit par Laurent dans Events | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/09/2008

BON WEEK-END

Il est des rentrées qui pourraient commencer plus mal (mais peut-être aussi moins vite...). Après la reconnaissance de mes clients, qui viennent se passionner régulièrement à la boutique-salon de l'odyssée; la vôtre, qui me lisez de plus en plus régulièrement, celle des scientifiques qui ont très bien accueilli ma conférence brassicole à la XIIIème JdeClerckChair, voici celle de médias, et plus particulièrement du supplément WEEK-END du Vif/l'express.

Cela me touche et j'espère que cela donnera le petit coup de pouce nécessaire pour assurer la pérennité de cette aventure qui me tient tant à coeur. (J'en profite pour dire qu'il reste ncore deux places pour le cours d'initiation ;-).

Bon je vous laisse déjà, ce samedi c'est justement la balade gastronomique nature, escargots et champignons; et il y a encore plein de préparatifs à faire. Un parfum déjà de ce qui attend les inscrits (là c'est complet, mais on le refait deux fois par an): soupe d'épiaire (au délicat parfum de cèpes), tapenade de capucine, houmous de sumac, cornes de gatte du jardin aux petit gris du jardin, tourtes de bourrache et consoude au comté, tourtes aux champignons des bois, crumble de coing à la fève tonka, ... tout cela arrosé des meilleurs vins naturels de Ganevat, Tissot, Mosse, Clapas, Descombes, ... Bon vivement la fin de ma cure uvale;-).merci à tous, sincèrement!Laurent

10:40 Écrit par Laurent dans News | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/09/2008

BLING BLING; Brasserie du PILAT

Amusant, cette expression popularisée grâce à Sarko. J'en ai recherché l'origine, cela viendrait du goût exacerbé des musiciens hip hop et rap pour les signes extérieurs de richesse. Cet manie un peu détestable de se montrer, est aussi présente dans le monde du vin, et je me serais attendu à ce qu'un de mes vignerons naturels préférés fustige cette attitude en sortant une belle cuvée "bling bling". Las, ils se sont fait coiffés par les brasseurs, qui manient, il est vrai, la dérision depuis bien plus longtemps. Alors quand, en vacances en Ardèche, je tombe sur cette cuvée de la brasserie du Pilat dans une boutique bio de St Sauveur de Montagut, je n'hésite pas, j'achète. Cette brasserie n'en est pas à son coup d'essai, elle a déjà décliné cette bière de saison "la canicule", les deux années précédentes, en Villepine et Raffarine...

ardeche_bling

Bling Bling Canicule, 4,6 %

C'est une bière, blonde, dite de saison. Belle mousse blanche, robe trouble et pâle. Le nez est un peu réduit (H2S), mais dévoile de belles petites notes florales et d'agrumes à l'aération. Mais c'est en bouche que l'on s'éclate. C'est friand, très frais, "crispy" diraient les anglophones. Peu amère, avec une petite acidité, mais sèche. C'est vraiment très désaltérant tout en ayant un moelleux suffisant. dans le style bière légère, c'est vraiment très réussi; une belle concurrente à la Loirette (82/100).

J'en ai profité pour déguster les autres. La Girasole 2.

De fermentation haute, c'est également une blonde. Hélas, le nez houblonné est quelque peu gâché par des notes de fromage intenses. Autolyse de levure, houblons trop âgés? Ce qui pourrait encore passer sur une bière de type ale, enlève à celle-ci de la fraîcheur et couvre probablement les arômes de houblon frais que l'on devrait y détecter. C'est d'autant plus dommage, que la bouche est vraiment sympathique. Assez amère, un peu astringente, il y a du moelleux typé "blanche" sans aucune lourdeur. Une bière à nouveau d'une belle digestibilité. Ca se boit bien très frais pour éviter ces notes fromagères, mais les beaux arômes de houblon nous manquent cependant. A revoir, sans aucun doute! (63/100)

La Rouquine

Une ambrée. Le nez est étrange, arômes d'oliv, de câpre et de cornichon mêlés de notes lard fumé et de caramel; étrange, mais loin d'être désagréable. La bouche est astringente, sèche, avec cette acidité typique de la maison. Original mais savoureux (81/100).

Une dernière pour la route, ce sera la Veuve Noire, 6%.

Robe sombre, on s'en serait douté. Nez de sirop d'érable, notes nettes de café, et à nouveau ces effluves un peu acide de câpres et d'algues. Attaque fraîche, bouche sèche, acidité un peu "Rodenbach". Finale courte mais c'est désaltérant. Pour amateur d'amertume, il y a un peu d'âcreté aussi. A nouveau un équilibre original mais très appréciable (80/100). Une brasserie à suivre, qui plus est en bio, pour ces bières originales et désaltérantes. Et il y en a d'autres; je me réjouis de déguster à l'occasion leur bière au chanvre ou encore; la Grande Marée...

02/09/2008

ARCH'EN BIERES: La FORESTINNE

Petit saut à Archennes, mon village natal, à mon retour de vacances, pour jeter un oeil et une papille à la quatrième édition du festival de bières de dégustation d'Arch' en bières. Ce fut aussi l'occasion de rencontrer Mickey et ses potes. Mickey, alias Michael Vermeren, est un amateur passionné de bières qui tient un blog très complet sur les bières belges de tout bord; c'est aussi un membre actif du forum d'amateurs passionnés Bierebel. Mais c'est surtout un brasseur plein d'idées. En 2005, année de la bière, avec deux compères, il se lance dans la création de bière et fonde la SPRL B.G.V. Si le rêve est évidemment de posséder sa brasserie, en attendant, elles seront brassées à la brasserie Caracole par François Tonglet. Il y en a trois, et j'ai eu l'occasion de les déguster à Archennes en compagnie de Mickey.

archennnes_vermeren

forrestine

LA FORESTINNE (7,5% alcool). Voici ce que l'on peut lire sur leur site concernant cette bière. La 'Forestinne' est une bière blonde dorée titrant 7,5 % d'alcool. Son arôme est houblonné avec des senteurs boisées. Son goût est fruité et laisse exploser en bouche des notes maltée. Contrairement à la tendence actuelle, qui est aux bières fruitées et sucrées, nous avons voulu rester dans la tradition brassicole en faisant une bière amère, car l'amertume est l'essence même de la bière. L'étiquette a été dessinnée par un dessinateur amateur, Grégory Groves de Bruxelles. Elle représente un coin de forêt, aperçu en écartant le feuillage d'un buisson et où une petite Nûtonne cache dans ses mains derrière son dos l'ingrédient secret, qui confère à notre bière, une petite amertume rafraîchissante!

Je lui trouve, pour ma part, une robe blonde assez foncée. Nez très frais, fruité, agrumes, mais avec des notes d'eucalyptus. Amertume nette et franche, belle rondeur. La finale bien amère, montre cependant un peu d'âcreté provenant sans doute de l'ajout de cet ingrédient"secret" (des bourgeons de pins;-). Très digeste cependant (80/100*).

forestinne_ambrosia

AMBROSIA, 7,5%. Une ambrée. Très beau nez complexe, de malt et d'ovomaltine avec quelques notes de café et de fruits rouges. La bouche est équilibrée, avec une délicieuse amertume? La finale réglissée est un peu trop sucrée, avec une point d'âcreté. Il faudrait peu de chose à cette bière pour en faire une belle référence dans les ambrées (80/100*).

MYSTERIA. Une bière blonde très dorée, dense, semblant assez riche en alcool, mais d'un très bel équilibre. Très fruitée, fruits blancs très mûrs; banane et poire. La finale est légèrement sucrée, mais possède un tout petit peu d'amertume pour balancer le tout. Assez consensuel, mais savoureux! (82/100*).

C'est avec grand plaisir que je redégusterai ces bières un peu plus calmement que dans les conditions festives de l'Arch'en bières!

00:21 Écrit par Laurent dans Events | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mickey, archenbieres, ambrosia, mysteria, forestinne |  Facebook |

03/04/2008

UNE BIERE ...

...sans houblon, c'est comme un tagada sans tsoin tsoin;-).

J'avais remarqué il y a peu la naissance d'un nouveau blog sur la bière, faisant la part belle aux actualités brassicoles. J'y faisait depuis un tour régulier, et voilà t'y pas que je m'y fais tagué. Le temps de comprendre ce que cela signifie, je vous conseiile d'y faire un tour également.

Merci donc pour ce tag attentionné, et allez vite visiter "Bières and News" et puis revenez ici quand vous voulez. Santé!

10:53 Écrit par Laurent dans News | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : biere, tag, blog |  Facebook |

23/12/2007

BIERES de NOEL (I)

Pour terminer l’année, je vais vous faire une petite revue non exhaustive de bières bien de saison, les bières de Noël . Car Noël, c’est déjà demain! Autant on imagine les bières de printemps, simples, gouleyantes, croquantes, prêtes à étancher la soif des premiers travaux des champs ; autant les bières de Noël sont, dans mon esprit tout au moins, intensément aromatiques, complexes, avec de la mâche et de la longueur . De vraies bières de dégustation, à savourer, en fin de repas, de Noël ou autre, au coin du feu !

Ce sont des bières traditionnelles, car leur origine remonte à des pratiques anciennes ; début XXème, XIX ème, ou du Moyen-Âge, les avis diffèrent. Il est possible qu'elles datent aussi du temps où le dicton « En été brasse qui peut, en hiver brasse qui veut» était encore d’actualité. En effet, sans l’apport du froid, les bières brassées en automne et qui arrivaient à maturité à la Noël était réputées comme étant les meilleures. Il semble aussi que ces bières étaient l’occasion de vider les greniers pour laisser place à la nouvelle récolte, et donc de faire des brassins plus denses qui allaient pouvoir récompenser les clients fidèles ou les ouvriers méritants.

Apparemment, ces bières ont un regain d’intérêt, surtout si on se fie à la diversité rencontrée; en grande surface ou ailleurs. Mais qu’en est-il de la qualité ? Nous en avons dégusté huit, au profil finalement loin des canons énoncés plus haut, mais pourquoi pas !

Super des Fagnes Noël, 9%, Brasserie des Fagnes , (5/09/99)

Robe foncée, nez très épicé rappelant la coriandre, arômes de torréfaction. Beaucoup d’esters (acetate d’isoamyle) aux arômes de cuberdon, de banane et qui peuvent écoeurer un peu. Bouche onctueuse, forte, un peu trop marquée par l’alcool. Très lisse, sans tannins, elle est aussi peu amère, sa finale est réglissée. Refermentée en bouteilles. (73/100)

La Binchoise Spéciale Noël, Brasserie La Binchoise

Robe beaucoup plus claire; le nez est également épicé, floral. La bouche est plus légère, onctueuse, présentant quelques notes de caramel. Elle est légèrement sucrée, très peu amère, mais un poil tannique. Un peu dans le style d’une blanche, mais plus dense, une blanche de Noël ! Refermentée en bouteilles. (81/100)

Abbaye d’Aulne, Super Noël, 9%, Brasserie Val de Sambre (25/4/09)

Nez peu agréable, soufré, caramel rance, qui semble évoluer vers des notes oxydatives. En bouche, c’est neutre, peu agréable et fort marqué par l’alcool. La mousse est également insuffisante. Défaut probable, bière non notée. Attention, c'est la deuxième bière que je rencontre avec un problème de ce genre, à suivre!

bierenoel1

Abbaye Tongerlo Christmas Blonde, 6,5 %, Brasserie Haacht (L13/01/09)

Une bière de Noël, mais blonde, à peine ambrée. Le nez est beurré mais frais, avec des notes de caramel (diacétyle). Quelques arômes soufrés, mais aussi du fruit (ananas) et des épices (gingembre). La bouche est agréable, peu amère mais équilibrée. Bon, mais loin du style attendu pour une bière de Noël. (80/100)

Bocq Christmas, 8,1%, Brasserie du Bocq, (3/10/09)

Nez à nouveau très épicé sur la coriandre, mais des notes houblonnées apparaissent aussi à l’agitation. Assez complexe, on y retrouve aussi des notes de cerise et de noyau en bouche. Un peu amère, mais avec une sensation sucrée et réglissée, mais pas trop excessive. Sympa, le nez perd de la pureté au réchauffement. (75/100)

St Feuillien, Cuvée de Noël, 9%, Brasserie St Feuillien (5/9/09)

Très épicée (coriandre), mais aussi très fruitée (orange confite, ananas). Le nez évolue vers des arômes rappelant des vendanges tardives (miel, fruits confits). A l’aération les notes de miel et de caramel se font plus insistantes. Palette d’arômes très intéressante. Belle longueur, un peu de sucre résiduel en finale, mais la fraîcheur est conservée. Beau ! (89/100)

Gordon XMas, 8,8%, Anthony Martin (11/09/09)

Pas d’épices, c’est à souligner. Nez de caramel, et de café torréfié. La bouche est agréable sur le sucre candi ; la finale est réglissée et longue. Les sucres sont bien intégrés dans une matière suffisante. Quelques notes soufrées apparaissent à l’évolution et gâchent un peu le plaisir. Un classique. (87/100)

bierenoel2

Bush Spéciale de Noël, 12%, Brasserie Dubuisson , (20/11/09)

Dégustée à l’aveugle, on est toujours surpris pas l’équilibre de cette bière qui titre pourtant 12% d’alcool. A aucun moment celui-ci ne domine la matière et c’est une qualité. La bière est d’ailleurs tout en équilibre, arômes complexes entre épices, malt et caramel. Dommage qu’un début d’oxydation (papier carton) n’entache la dégustation. On aurait aimé un peu plus d’expression aussi, une bière de Noël tout en retenue, malgré son pedigree. A revoir, elle mérite certainement plus. (80/100)

bierenoel4

Avec ce genre de bière de dégustation, un morceau de fromage est toujours le bienvenu. Ce peut-être un bon Cheddar, ou du Stilton, mais j’ai cette fois testé la Fourme d’Ambert. C’est incontestablement avec la Gordon XMas que l’accord est le mieux réussi. Les saveurs se mêlent pour en délivrer de nouvelles dans une parfaite et étonnamment légère onctuosité. Des accords réussis avec la St Feuillien, la Bocq, la Bush et la Super des Fagnes. De la cohabitation avec les autres. Une piste de réussite, il semble que les tannins et un peu de sucres résiduels apprécient la texture du fromage.

Hors concours, il y avait aussi l’exemple type de cette bière brassée pour l’occasion, la « Avec les Bons Vœux » de la brasserie Dupont (qui brasse aussi la Moinette, vous le savez;-), mais la qualité et la demande croissante actuelle est telle qu’il leur faut la brasser dorénavant toute l’année. Cette bière au houblonnage à cru (comme l’Orval) n’est donc plus à classer dans cette catégorie. Dommage, mais peut-être tant mieux pour les autres.

En conclusion, je m’attendais à plus de bières copies de la Gordon XMas, et il n’y en a pas. Toutes ont leur personnalité, beaucoup usant voire abusant d’épices, mais c'est apparemment une tradition. Je suis cependant un peu resté sur ma faim quant à la recherche de plaisir de dégustation pur, une bière de Noël, c'est aussi l'occasion de donner libre cours à son imagination de brasseur. Par contre, la buvabilité des meilleures est à souligner, un choix symptômatique de la tendance actuelle peut-être.

A noter aussi un article sur ces bières dans la Revue des Vins de France (N° 517, Décembre 2007, p 115). 7 bières y sont dégustées, dont la Bush et la St Feuillien qui recueillent comme les autres mentionnées de très belles cotes. Voilà, Joyeux Noël, "avec les bons voeux" de Belgian Beer Lounge!

13/10/2007

BIERES "TRIPLE" (I)

Inauguration d'un cycle de dégustation comparative de bières de même type. En première, petite compétition entre bières "triple" 33cc (on fera les 75 cc après;-). Une série de 6, nombre idéal pour que cet exercice ne se transforme pas en marathon indigeste. Ceux qui font plus sont des prétentieux, des menteurs ou des naïfs, même après 36 bières on goûte toujours quelque chose;-).

Les "Triple", un terme qui remonte suffisament loin que pour en embrouiller la signification. Si je regarde les caractéristiques actuelles, nous avons des bières plutôt blondes, des degrés alcooliques assez élevés (supérieurs à 8), et elles sont refermentées en bouteilles. Deux origines se dégagent. la première, liée au degré d'alcool. qui pourrait correspondre à une "triple" dose de malt au brassage. La deuxième, liée à la fermentation. Nous connaissons le fermentation principale, qui transforme les sucres en alcool, la secondaire qui "dans le temps" était destinée à saturer la bière en CO2, et enfin la troisième fermentation, ou refermentation, qui se fait encore pour certaines bières, en bouteille. La deuxième est la plus souvent évoquée, j'ai lu la première sur le net, mais cela ne me satisfait toujours pas. D'ailleurs j'aurais juste une petite question??? Pourquoi toutes les triples sont-elles blondes, et de vraies blondes? D'un point de vue technique, il est tout aussi aisé de faire une bière forte refermentée en bouteille et brune, alors?

D'autres sources affirment que l'origine est plus récente et que la plus ancienne des trappistes, la Triple Westmalle, aurait engendré une série de "me too", de copies plus ou moins bien inspirées ... à suivre.

Nous avons sélectionné dans un magasin Champion, toutes le bières mentionnant le mot Triple (apparemment incontrôlé) en 33 cc. Ces bières ont été dégustées à l'aveugle dans de grands verres de type INAO. Ils permettent d'avoir une impression sur la mousse, mais rassemblent surtout les arômes comme le font certains verres à bière de dégustation. Or ce sont bien ici des bières de dégustation, de 8 à 11 % d'alcool,ce n'est pas uniquement pour se rafraîchir, c'est aussi pour déguster, pour se laisser transporter par les arômes et les saveurs et pourquoi pas, pour participer à une belle odyssée. Trève de commentaires, place aux commentaires ... de dégustation;-) . Les bières sont dégustées à l'aveugle, mais le casting est connu et les robes visibles. Je mentionne entre parenthèses, le code de péremption, pour la tracabilité.

triple1

1. Chimay Triple, 8% alcool (2010, L07,419)

La robe rappelle presque une "ale" et elle est trouble, une belle robe automnale. Le nez est nettement sur les agrumes, le houblon, le malt et la mie de pain. La première gorgée tapisse le palais, c'est moelleux et doté d'une solide amertume. Celle-ci se prolonge agréablement en finale avec un peu de réglisse, mais beaucoup de fraîcheur. Une très belle bière de dégustation, mais qui peut aussi étancher la soif en raison de sa fraîcheur. (91/100)

2. Grimbergen Triple, 9% alcool (28/11/2008 L1659 11:44)

Robe légèrement dorée et opalescente. Nez sur l'alcool, les céréales, le sucre candi un peu caramélisé et l'abricot. C'est une bière sucrée, très peu amère, assez courte en bouche et dont l'alcool ressort un peu trop. Elle dénote dans la série par une acidité nette et originale qui est la bienvenue pour assumer cette sucrosité. Si la bière est refermentée en bouteilles, je serais curieux de savoir d'ou provient cette sensation sucrée....Pas ma tasse de thé, mais on doit lui reconnaître une originalité certaine, elle peut plaire. (76/100)

3. Karmeliet Triple, 8,1% (02/09/09)

Légèrement opalescente et assez dorée. Nez intéressant de pommes mures qui n'est pas sans rappeller le cidre. Mais il est plus complexe avec ses notes d'agrumes, d'abricot, de gingembre, de cardamome, voire d'eucalyptus. Beaucoup de fruit en bouche, un peu de vanille, très moelleuse, mais elle développe aussi une sensation pâteuse qui peut être écoeurante. Finale moyenne sur les céréales et la réglisse, mais l'alcool domine un peu trop à mon goût. A boire très frais! (74/100)

4. Kasteel Triple, 11% (07/2000)

C'est la bière la moins colorée et la plus brillante, à peine opalescente; même le fond de la bouteille ne semble pas contenir beaucoup de levures. Au premier nez hélas, du beurre rance, un peu de réglisse, mais trop de beurre rance (diacetyle?, infection?). La bière n'est pas dégustable et ne sera pas notée. (-/100)

5. Leffe Triple, 8,50 % (13/4/09 - 022105903)

J'apprécie généralement cette bière, sorte de version un peu plus amère du grand cru d'Hoegaarden. Mais ici, le nez est déviant, sur la vieille confiture de fruits rouges, le végétal composté, le pipi de chat et la sueur. En bouche c'est pire, goût de papier, de carton, la bière est manifestement bien oxydée.... Elle ne peut être notée. (-/100)

6. Westmalle Triple, 9,5% (13/8/09 - 2 04 25 99)

Bon, celle-là, difficile de ne pas la reconnaître à l'aveugle. Plus qu'opalescente, de couleur dorée intense, ses arômes bien connus sont là, pour vous séduire. Houblon, agrumes, fruits jaunes bien mûrs, végétal agréable, et puis c'est le feu d'artifice à la première gorgée. L'amertume maîtrise la puissance de cette bière forte, mais dont l'alcool est tout à fait intégré. La finale est longue, et ne s'arrête qu'à la gorgée suivante... (94/100)

triple2

En conclusion, les deux trappistes sont au sommet qualitatif; elles affichent fièrement leur talent, maîtrise et rigueur brassicoles, sans concession aux modes actuelles. Elles sont l'honneur de nos bières belges. La Grimbergen et la Karmeliet ne sont pas dénuées de qualité, mais un peu trop "tendance" sans doute. Si je comprends qu'elles plaisent, un peu d'équilibre serait le bienvenu. Enfin, la Leffe et la Kasteel étaient nettement déviantes, imbuvables. Souhaitons qu'il ne s'agisse là que d'une exception, je les redégusterai!

triple3

On le voit sur la photo ci-dessus, alors que le fond a été rajouté, juste un petit voile pour la Kasteel Triple (à gauche), alors que la Chimay Triple est très très trouble en raison de la présence du sédiment de levure